El Gran Dragon, à découvrir actuellement en salle 


Avec El Gran Dragon, Gildas Nivet et Tristan Guerlotté signent leur premier film documentaire long métrage. Les deux jeunes réalisateurs poitevins illustrent la disparation de la médecine traditionnelle en Amazonie péruvienne et soulignent habillement les effets de la domination de la culture occidentale. Si certains passages d’El Gran Dragon peuvent paraître curieux, il n’en reste pas moins un témoignage instructif.

« La plante est la maitresse. Je suis comme le porte parole des plantes », dépeint le guérisseur Tesser Owansi. Dès les premières minutes, le ton est donné, Gildas Nivet et Tristan Guelotté plongent le spectateur dans une perception éloignée du discours de la médecine occidentale. El gran Dragon interpelle sur les savoirs ancestraux liés à la forêt amazonienne péruvienne où repose une biodiversité exceptionnelle. Ces pratiques, transmises de générations en générations depuis les Incas, sont aujourd’hui menacées par les influences du modèle de développement occidental.

Au fil de ce documentaire, les interlocuteurs se succèdent dans des mises en scènes soignées et apportent des témoignages inhabituels. Avec l’œil de leurs caméras, Tristan Guelotté et Gildas Nivet amènent le spectateur à la rencontre de ces interlocuteurs touchants de part leurs valeurs humanistes et de leur rapport à la nature, à l’opposé de la société occidentale. Apprendre à utiliser les pantes est un art précis et nécessitent une connaissance poussée des vertus de chacune d’entres elles et de leurs utilisations. Guérisseurs et chamans se livrent avec sincérité sur leurs pratiques et leurs croyances dont le savoir est transmis depuis des millénaires. Le titre du film El gran dragon fait référence au grand dragon, gardien du savoir, comme ces hommes, qui perpétuent la tradition de l’utilisation des plantes.

Ces rencontres en tout genre sont complétées par des analyses intéressantes de médecins, scientifiques et diplomates qui retranscrivent les problèmes d’interculturalité et d’interconnexion au sein de la société péruvienne. Ces témoignages instructifs révèlent l’existence d’une cohabitation entre la médecine traditionnelle péruvienne et la médecine moderne. Entre la science et la nature. Pour le docteur Marta Villar Lopez, directrice du secteur de médecine complémentaire au centre de sécurité sociale Essalud, toutes les méthodes sont bonnes tant qu’elles participent à la guérison du patient. En somme, l’humain compte et peu importe la méthode qu’elle soit scientifique ou à base de plantes.

Tout au long du film, le nom d’une plante revient à plusieurs reprise : l’ayahuasca. Dans la culture des ces guérisseurs, la connaissance absolue des plantes se transmet à travers un breuvage obtenu à base de cette plante maitresse. Les réalisateurs ont fait le choix de laisser une place importante à la découverte de l’ayahuasca et de la cérémonie qui en découle. Légèrement trop importante. Un passage de plusieurs minutes laisse place à un écran noir habillé par les chants du rituel pratiqué lors de l’absorption du breuvage à base d’ayahuasca. L’expérience se vit difficilement au travers de l’écran. Le décalage entre les croyances des guérisseurs et celles de la société occidentale peut rapidement être mal perçu par les esprits purement scientifiques et altérer quelque peu, à ces yeux là, la crédibilité du reportage. Cependant, il est important de garder à l’esprit que El gran dragon n’en reste pas moins un témoignage qui retranscrit fidèlement les pratiques d’une partie de la population péruvienne et pousse un cri d’alarme sur la destruction massive d’un formidable écosystème au profit du commerce du bois, large contribution au développement économique du Pérou. 

La déforestation menace une population qui vit en lien avec la nature depuis des millénaires et plus largement, l’ensemble de la population sur Terre. La destruction d’un des rares écosystèmes à la biodiversité exceptionnelle encore présent sur notre planète est un danger pour la survie de notre espèce. La succession d’images d’EL grand dragon, où se mêle l’originalité de Tristan Guerlotté et de Gildas Nivet, rappelle à chaque minute le lien étroit entre l’homme et la nature. Ces deux regards ont su se compléter pour offrir une vision vivante et édulcorée, fidèle à celle du Pérou.

Au final, El gran dragon reste un documentaire instructif à vocation écologique et qui met l’accent sur une pratique peu connue au delà des frontières de du Pérou. Il reste donc intéressant de le visionner et également de saluer l’initiative de ses deux jeunes producteurs à qui l’on souhaite une longue carrière. 


Olivia Comte


Réalisateur : Guerlotté, Tristan - Nivet, Gildas
Genre : Documentaire
Date de sortie : 05 mars 2014
Durée : 1h41mn

Code Teaser You Tube :

youtu.be/_Rf8oV_zPLw