Non à la reprise de la chasse de la Gélinotte !

On ne peut pas chasser une espèce menacée ! La Gélinotte des bois, un oiseau menacé de nos forêts, fait l’objet d’un plan de chasse dans le Jura, dont l’attribution est fixée à zéro prélèvement depuis 1994. La Fédération des chasseurs du Jura demande au Comité départemental de la chasse et de la faune sauvage (CDCFS) du 21 juin 2013 que des tirs de cette espèce soient effectifs dans le département dès la prochaine saison de chasse.
La LPO Franche-Comté s’oppose à une reprise de la chasse à la Gélinotte des bois.

La Gélinotte des bois est un oiseau rare et menacé des forêts jurassiennes. De la famille des tétraonidés, petite cousine du Grand Tétras, elle occupe aujourd’hui les forêts d’altitude après avoir régressé ces dernières décennies dans l’ensemble de la Franche-Comté où elle était autrefois répandue. Depuis près de 20 ans, il n’est autorisé aucun tir de cette espèce, pourtant potentiellement chassable dans le Jura. Or, en ce printemps 2013, la Fédération des chasseurs du Jura souhaite de nouveau tirer cette espèce patrimoniale dans certaines communes du Haut-Jura où l’oiseau se « porterait mieux » depuis quelques années.

La LPO Franche-Comté ne suit pas les argumentaires avancés par la Fédération des chasseurs et estime qu’il est déraisonnable de chasser de nouveau une espèce menacée de longue date en France et en Franche-Comté (catégorie Vulnérable de la Liste Rouge régionale) sous prétexte qu’il y aurait du mieux depuis quelques années en certaines localités. Cette vision trop locale et à court terme n’est pas digne d’une gestion cohérente, visionnaire et réfléchie de la biodiversité de notre région. En effet, le sursaut noté localement pour l’espèce peut être dû à des facteurs fragiles et temporaires (météorologie printanière de la dernière décennie, par exemple), mais aussi à des facteurs inconnus... Rappelons que l’espèce était encore présente et chassée en plaine dans les années 70 alors qu’aujourd’hui elle ne trouve un refuge viable qu’au delà de 800-1000 mètres d’altitude. Il est inconcevable à l’heure actuelle de prendre le risque d’affaiblir cette population refuge dynamique qui est vouée à recoloniser les territoires perdus à la suite des mesures de conservation en cours par de nombreux acteurs (forestiers, Natura 2000, PNR du Haut Jura, GTJ et chasseurs, etc.).
Une telle décision démontrerait que la chasse de divertissement de quelques-uns est un enjeu prioritaire sur l’intérêt général et la vision à long terme du patrimoine naturel. La LPO Franche-Comté ne peut pas croire qu’un tel signe rétrograde puisse être envisagée par la Fédération des chasseurs du Jura.

Au delà des arguments insuffisants de la Fédération des chasseurs pour reprendre la chasse à la Gélinotte des bois, la LPO Franche-Comté en appelle à la cohérence générale de l’utilisation des territoires naturels sensibles. En effet, de nombreux publics (randonneurs, skieurs, forestiers, habitants, etc.) sont contraints dans leur accès aux forêts du Haut Jura afin de préserver la quiétude des tétraonidés et espèces compagnes aux périodes sensibles. Comment envisager qu’une activité de chasse de loisir, potentiellement dérangeante, soit quant à elle autorisée sur ces mêmes territoires ? Une activité visant de surcroit à tirer des individus d’une espèce justement concernée par les démarches de préservation et de quiétude !